Les Blattes

On les appelle aussi coquerelles (surtout au Québec), cafards (surtout en France). On a l’habitude de les associer à des endroits sales, mais c’est une idée fausse. Elles peuvent aussi être présentes dans des endroits propres et bien tenus. Toutefois, les endroits insalubres favorisent souvent une reproduction et une multiplication rapide.

Ces insectes, principalement originaires des pays tropicaux adorent la chaleur et l’humidité. En dehors des pays tropicaux, les coquerelles vivent là où elles ont accès à de la nourriture, à de l’eau et à un abri chauffé à l’année.

Actives la nuit, elles fuient la lumière. Ceux qui ont déjà cohabité avec ces bestioles vous le confirmeront. Si on ouvre la lumière de la cuisine la nuit, les blattes filent à toute vitesse vers des refuges obscurs.

Apparence physique

La majorité des espèces possèdent une, deux ou trois de ces couleurs : brun, beige ou noir. Elles mesurent de 12-50 mm selon les espèces, auquel il faut ajouter leurs 2 antennes souvent aussi longues que leur corps. Leur tête pointe vers le bas et est souvent cachée par une partie du thorax formant comme un bouclier. Leur corps est aplati et ovale. Et les trois paires de pattes portent des épines et des éperons.

Malgré que les blattes possèdent des ailes, elles s’en servent rarement. Elles utilisent principalement leurs pattes pour se déplacer et fuir.

Alimentation

Les coquerelles vivent là où elles ont accès à de la nourriture, à de l’eau et à un abri. Les blattes sont omnivores : elles mangent toute matière organique d’origine animale ou végétale, fraîche ou corrompue. Toutes les denrées alimentaires courantes sont susceptibles de rassasier ces bouffe tout. Le pain, les pâtes, les confiseries, les céréales les biscottes, les fruits, les légumes, etc. Elles peuvent vous surprendre à lécher de la vaisselle sale accessible (évier ou lave-vaisselle entrouvert). Elles peuvent manger la nourriture de minou et pitou. Vous souhaitez éviter de partager vos aliments et denrées avec ces convives alors vous devez tout placer dans des plats, des sacs et des boîtes hermétiques, y compris le contenu de la poubelle.

Reproduction

Si vous trouvez ceci dans votre maison : (photo d’une oothèque), mauvaise nouvelle puisqu’il s’agit d’une capsule qui contient plusieurs dizaines de bébés blattes (nommée aussi oothèque ou boîte à œuf). N’hésitez pas à la détruire et à en disposer. Ces visiteurs peuvent se reproduire toute l’année dans les maisons. Les jeunes blattes ressemblent aux adultes mais elles sont sans ailes à la naissance. Les ailes deviendront visibles vers la fin de leur vie larvaire. Selon les espèces, il faut de 2 à 24 mois aux blattes avant d’atteindre la maturité sexuelle.

Il existe des individus mâles et femelles mais les différences entre les sexes ne sont pas toujours très évidentes. La présence et l’absence d’ailes ainsi que la longueur différencie les mâles et les femelles.

Où les trouve-t-on?

Dans les maisons, la cuisine est l’endroit le plus prisé par ces colocataires. Les armoires sous l’évier de cuisine font véritablement office d’hôtels “4 étoiles” car les blattes y trouvent tout ce qu’elles affectionnent: tranquillité, obscurité, chaleur, humidité sans oublier l’incontournable poubelle plus ou moins débordante. L’arrière et le dessous du poêle et du réfrigérateur sont aussi des lieux de prédilection. Aussi, on les trouve souvent dans les salles d’eau, les salles de chauffage.

Comment ont-elles pu arriver chez moi?

Les coquerelles et les oothèques qui contiennent leurs œufs peuvent se retrouver dans votre maison en voyageant via différents objets, comme des bagages, des sacs, des boîtes, des électroménagers, en particulier poêle et réfrigérateur, de vieux meubles, des denrées alimentaires, des bouteilles vides ayant contenu de la bière et des boissons gazeuses. Une fois à l’intérieur d’un bâtiment, les coquerelles s’y déplacent facilement. Étant surtout actives la nuit, elles peuvent passer inaperçues pendant un certain temps. 

Contrôle

Si vous habitez un immeuble à logement, il est préférable que le propriétaire demande l’aide d’un professionnel en gestion parasitaire pour éradiquer ces indésirables. Sinon il existe divers produits sur le marché destinés à supprimer les coquerelles. Certains sont en poudre, d’autres en aérosol et d’autres liquides. Dans tous les cas d’application de pesticides, il faut suivre les instructions, recommandations, modes d’emploi et précautions inscrites sur les étiquettes.  

Auteur : Daniel Gingras, biologiste, Ph.D entomologie

Voir la page du site de Santé Canada
0